Archives.

Nouveau blog è http://marc.jammet.over-blog.com

Le blog de Marc Jammet

Conseiller municipal PCF de Mantes la Jolie (Yvelines)

Lien vers le site complet

Mardi 22 mars 2011

L'insulte à la Résistance.

Le 20 décembre dernier disparaissait l'un de nos concitoyens les plus illustres: René Martin.

Elu municipal puis conseiller général de Mantes la Jolie, ce grand Monsieur fut l'artisan de notre liberté avec la création dans la clandestinité de la Résistance au nazisme.

Le maire vient de refuser de lui rendre hommage. Il y a un équipement Aimé Césaire, un stade Jean-Paul David mais, tant que Mr Vialay sera maire, il n'y aura pas de rue René Martin.

C'est une insulte à la Résistance, à notre mémoire, aux Mantais quelles que soient, par ailleurs, leurs opinions politiques.

Vendredi 11 mars 2011

MANTES TV.

Cardiologie interventionnelle, impôts locaux et gestion de l'eau au menu.

La télévision locale en ligne a inauguré un nouveau type d'émission autour d'un concept original: pour chaque commune de notre région, inviter un représentant de l'opposition municipale. Invité pour Mantes la Jolie, la première émission de cette télévision a été diffusée le 17 février dernier.

Vendredi 18 février 2011

Pour la réouverture

de la cardiologie interventionnelle.

Depuis la fermeture de la salle de coronarographie, les craintes exprimées par le comité "Cur.Hôpital.Mantes" se vérifient. L'unité de soins intensifs cardiologiques (USIC) de l'Hôpital de Mantes est maintenant en grande difficulté et les exemples de patients perdant leurs chances de "s'en sortir sans séquelles" se multiplient.

En manifestant le 12 mars à Mantes la Jolie (RV à 10h00 Palais de Justice), nous montrerons tous ensemble qu'à la surdité et l'arrogance de certains, nous opposons la détermination à ne pas voir bradée notre santé.

Mercredi 19 janvier 2011

Zéro pointé? Pour qui?

Nos écoles sont dans un état déplorable. Le cas des écoles Glycines, Primevères et Sévigné en est un exemple flagrant: alarme incendie toujours inopérante, portail cassé, sécurité des enfants assurée épisodiquement à la sortie

Or, la simple annulation du parking "Monoprix" et celle de la vidéosurveillance permettraient non seulement de revenir aux impôts locaux de 2009 (- 30%) mais également de baisser de 25% la cantine scolaire et d'investir 2 millions d'euros dans nos écoles.

Au fil des tribunes libres, c'est un choix que la majorité cache sous les insultes.

Vendredi 7 janvier 2011

LOGEMENTS SOCIAUX A GASSICOURT.

Attention, danger!

Le 14 décembre dernier, une décision prise par le conseil municipal de Mantes la Jolie est pratiquement passée inaperçue: celle d'autoriser la construction future de davantage de logements sociaux au mètre carré sur le quartier de Gassicourt.

Cette décision est justement l'exemple de ce qu'il ne faut pas faire.

Cela veut dire que, pour les nouvelles opérations immobilières sur notre quartier, là où il ne peut y avoir que deux logements privés, il pourra se construire trois logements sociaux. En clair, cela veut dire qu'il y aura moins d'espaces verts, moins d'espaces non construits dès l'instant où il y aura du logement social.

Sur ce sujet, je suis en désaccord avec les élus socialistes et de Décil-Verts qui ont approuvé cette décision en déclarant qu'elle favorisait le logement social.

  • D'une part, parce qu'elle va introduire deux poids - deux mesures entre les locataires et leur cadre de vie,

  • D'autre part, parce qu'elle risque de déstabiliser brutalement l'équilibre de notre quartier.

Il y a bien d'autres moyens de favoriser le logement social accessible à tous les revenus. Le Conseil général verse d'ailleurs une subvention (trois millions d'euros) qui peut servir à cela. Utilisons cette dernière pour subventionner l'achat de terrains ou réhabiliter le logement ancien déjà existant (à commencer par les marchands de sommeil) et obtenir ainsi des logements sociaux, de bonne qualité, bien intégrés dans notre patrimoine urbain.

A contrario, alors que plusieurs opérations ont été mises en échec ces dernières années grâce à l'action des riverains (Impasse Marceau, Rue de la Liberté ..), cette décision n'est-elle pas le signe que le maire a, une fois de plus, décidé de donner son feu vert aux promoteurs immobiliers?

Vendredi 31 décembre 2010

Ecoles Glycines, Primevères, Sévigné.

Les parents commencent à faire reculer le maire.

Cours d'écoles non déneigées, agente de circulation accidentée et non remplacée, sécurité non assurée rue Jean-Baptiste Charcot, alarme incendie déficiente, ATSEM en nombre insuffisant, suppression du cadeau de Noël

C'est un véritable "inventaire à la Prévert" qu'avec les parents, nous avons dressé. Et la conférence de presse publique organisée la veille des congés scolaires a fait mouche.

La maire-adjointe chargée des affaires scolaires a, finalement, daigné enfin écouter et répondre aux parents (par voie de presse). L'agente de sécurité sera remplacée, l'alarme rendue efficiente, la sécurisation de la rue Charcot envisagée (*).

Ce sont de premiers acquis rendus possibles par le courage des parents qui ont su résister aux pressions de tous ordres qui se sont exercées sur eux avant la conférence de presse. C'est également une incitation pour tous les parents d'élèves de toutes les écoles afin qu'ils prennent la parole.

(*). Madame Ghazouani, maire-adjointe, ne peut néanmoins s'empêcher de justifier l'injustifiable. " Au cadeau de Noël, je préfère que les enfants partent en séjour découverte" indique-t-elle. Sauf que les séjours découverte sont financés dans le cadre de l'opération Réussite éducative et n'ont donc aucun rapport avec l'économie que la majorité municipale a décidé de réaliser sur le dos de nos enfants. Une maire-adjointe aux affaires scolaires devrait savoir cela.

Mercredi 22 décembre 2010

Le 15 janvier, prenez la parole

Samedi 15 janvier de 10h00 à 12h00, au Local commun résidentiel (64 rue M. Braunstein), avec mes amis, j'organise un compte-rendu de mandat.

Je crois qu'il est important pour un élu d'informer régulièrement de son activité, des ses prises de position et de ses propositions concrètes.

Et, surtout, je crois qu'il est important d'ECOUTER ce que les Mantais ont à dire - en toute franchise.

Aussi je vous invite à venir vous y informer et à prendre la parole.

Ce sera également l'occasion de vous présenter mes vux à partir de 12h00.

Bien à vous..

Jeudi 25 novembre 2010

Cardiologie: non, le combat n'est pas terminé.

 

L'article du "Courrier de Mantes" rendant compte de la conférence de presse intitulée "des élus de gauche", à propos de l'hôpital de Mantes, m'incite à réagir publiquement.

La déclaration péremptoire, formulée par le conseiller général du canton de Meulan, voulant mettre fin à la mobilisation pour sauver la cardiologie interventionnelle est proprement inadmissible dans la bouche d'élus de gauche.

Il y a pour cela, à mon avis, plusieurs raisons.

  • Le comité de défense s'est encore prononcé, lundi dernier, très clairement pour poursuivre son combat - qu'il dure 6, 12 ou 18 mois. Que cela gène certains candidats potentiels aux futurs élections cantonales, sénatoriales, législatives est une chose. Laisser entendre la fin du combat pour un comité ouvert à toutes et à tous en est une autre.
  • La fermeture de la salle de coronarographie depuis le 29 octobre dernier a déjà entraîné la suspension de l'USIC (unité de soins intensifs cardiologiques) pendant trois semaines. Si cette unité est réouverte, elle le doit au recrutement récent (comme quoi, contrairement à ce qu'affirment certains, il est possible de recruter quand on en a la volonté) d'une praticienne (deux recrutements étaient prévus) et au retour de congé maladie d'un autre praticien. Cette unité est, depuis, quasiment déserte. Qui peut assurer que la fermeture de la salle de coronarographie n'a pas eu des conséquences directes sur cet état de fait? Qui peut nous rassurer sur la pérennité de l'USIC à l'hôpital de Mantes?
  • La fermeture de la salle de coronarographie va entraîner - et entraîne déjà avec l'USIC - un effet "dominos". Elle met directement en cause le fonctionnement des services des urgences, de la neurologie, de la réanimation. Qui, dans ces conditions, peut affirmer - sans rire - vouloir défendre notre hôpital face à de nouvelles menaces en entérinant une décision qui entache la cohérence de sa chaîne de soins.

Dès lors, non seulement le combat pour la coro n'est pas fini mais il est vital pour la suite.

Enfin j'ai cru comprendre que la perspective des élections cantonales et sénatoriales poussait certains à - enfin - prendre position sur un problème qui mobilise 15.000 citoyens et 14 conseils municipaux (le plus souvent toutes sensibilités politiques confondues).

Sans doute, il n'est jamais trop tard pour se mobiliser mais je ne peux que constater, qu'hormis les docteurs Faivre et Lefoulon, ceux qui veulent construire "un combat encore plus large que celui de la coro" ont été particulièrement absents de cette mobilisation.

J'ajoute que si cette mobilisation est aussi puissante et déterminée (720 signatures lors de la Foire aux Oignons dimanche dernier), elle le doit tout d'abord à un objectif clair - obtenir un sursis de 18 mois pour que l'Hôpital de Mantes puisse faire ses preuves - et à une dimension citoyenne - un comité ouvert à toutes et à tous, quelles que soient par ailleurs leurs opinions politiques.

Ce sont ces deux dimensions qui ont permis cette mobilisation et l'engagement en notre faveur du Président du Sénat, Gérard Larcher, du sénateur et Président de la CAMY, Dominique Braye, du conseiller général de Bonnières, Dominique Jouy pour ne citer qu'eux.

Dès lors, vouloir construire une mobilisation exceptionnelle en commençant à exclure d'entrée tous les élus de droite et plusieurs élus de gauche (dont je fais partie) est proprement illusoire.

Pire, cela ne peut qu'apparaître, aux yeux de beaucoup, que comme une tentative de récupération politicienne d'un mouvement qui ne leur demande rien.

Oui, à mon avis, le combat pour la coro doit se poursuivre. Tout simplement parce qu'il correspond à un besoin vital pour notre population particulièrement frappée par les risques cardiologiques. Tout simplement parce qu'il s'agit moins de dire aux citoyens "ce qu'il faut faire "(ou voter?) que de faire appel à leur intelligence en les informant du mieux possible.

Pour ma part, et dans le respect des réflexions et des décisions que prendra souverainement - et en toute indépendance - le comité "Cur.Hôpital.Mantes", je continuerai à agir en ce sens.

Mardi 16 novembre 2010

Eco-quartier fluvial: regardons-y de plus près

2.000 logements supplémentaires entre Mantes et Rosny: la question n'est pas mineure.

Faut-il encore densifier notre commune? Quels emplois? Quelles infrastructures de circulation et de transports? Quelles conséquences pour la qualité de vie à Mantes?

Pour un projet engageant autant l'avenir de notre ville, les Mantais devraient avoir la parole, disposer d'informations complètes pour décider si ce projet doit se réaliser ou pas.

Ce ne sera pas le cas. Ni le maire, ni l'OIN (projet d'Etat qui échappe à la maîtrise des communes) ne le permettront.

Vendredi 29 octobre 2010

Coro fermée et USIC suspendue

Le directeur de l'hôpital de Mantes vient d'annoncer - sur ordre à l'évidence - la fermeture aujourd'hui de la salle de coronarographie et la suspension de l'USIC (unité de soins intensifs en cardiologie) pour une durée indéterminée.

Ce véritable "coup de force" est une honte.

  • Vis à vis de la population (400.000 habitants) dont on met la santé en danger.
  • Vis-à-vis du personnel hospitalier qui, depuis 6 mois, doit consacrer une grande partie de son énergie à s'opposer à une tutelle hiérarchique et politicienne pesante dont le seul but est de l'empêcher de remplir sa mission de service public qui est de sauver des vies.

Ce véritable coup de force remets également à leurs places les belles déclarations rassurantes de Claude Evin, Roselyne Bachelot ou encore du maire de Mantes la Jolie et de Cécile Dumoulin lors du dernier conseil municipal assurant, contre toute logique, que ni l'USIC, ni la cardiologie, ni l'hôpital de Mantes n'était menacés.

La suspension de l'USIC pour une durée indéterminée montre bien qu'un coup grave est porté au plateau technique, à la cohérence de sa chaîne de soins et à l'attractivité de notre hôpital - notamment auprès des praticiens que l'on s'évertue à décourager.

Depuis plus de 6 mois, je me suis obstinément refusé à instruire quelque procès d'intention que ce soit contre qui que ce soit, préférant valoriser, au contraire, tout acte, toute déclaration allant dans le sens de l'intérêt de la population mantaise.

Cela a été le cas pour 13 communes, de gauche comme de droite, d'élus nationaux comme Messieurs Braye et Larcher et Madame Tasca mais je suis bien obligé de constater l'hypocrisie d'une ministre de la santé flanquée d'un ancien ministre, nommé depuis directeur de l'ARS, la complicité honteuse, parce que jamais avouée, d'une députée.

Comment ainsi ne pas constater que c'est justement au moment où la cardiologie interventionnelle de l'hôpital de Mantes commençait à être efficiente que les coups lui sont portés?

Comment ne as s'interroger sur le véritable "cadeau" fait à la clinique privée d'Evecquemont en lui permettant de garder un véritable monopole sur cette activité?

Comment ne pas s'interroger sur le comportement du propriétaire d'une clinique privée se refusant à défendre un service vital dans une ville dont il est maire-adjoint?

C'est tout simplement inacceptable. Et je soutiens, bien entendu, l'action du comité "Cur.Hôpital.Mantes" qui refuse cette infamie et va renforcer son action auprès de la population avec le soutien de la majorité de cette dernière.

Il est grand temps que la démocratie retrouve droit de cité et que le mépris affiché soit rangé aux oubliettes d'une histoire que nous souhaitons tous révolue.

Mantes la Jolie,

Le 29 octobre 2010

Mardi 19 octobre 2010

La majorité devrait démissionner.

Vous venez de recevoir votre taxe d'habitation. Vous pouvez constater que la part communale augmente bien de 8 à 8,5%, comme je l'avais annoncé.

Pour 2011, la majorité vient de supprimer l'abattement général à la base - soit une augmentation fixe, et injuste, de 107 euros - et de supprimer 110 emplois.

En deux ans, la taxe d'habitation aura ainsi augmenté, en moyenne, de 30% avec moins de services aux Mantais.

Le respect des engagements pris devrait conduire la majorité à démissionner afin d'inviter les Mantais à lui renouveler - ou non - leur confiance.

Marc Jammet

Conseiller municipal PCF.

Jeudi 7 octobre 2010

Taxe d'habitation: suppression de l'abattement général à la base.

PROFONDEMENT INJUSTE!

Le maire a beau s'en défendre mais la suppression de l'abattement général à la base

  • est tout d'abord le signe des difficultés financières dans lesquelles il a plongé la Ville,
  • elle est aussi profondément injuste.

Contrairement à ce que j'ai pu lire, ici ou là, l'augmentation directe de la taxe d'habitation ne sera pas de 0 à 115 euros mais de 107 euros pour tous les Mantais imposables, quelle que soit la composition de leur foyer, quels que soient leurs revenus, quel que soit leur niveau d'imposition.

En clair, que vous ayiez payé 50 euros ou 2.000 euros de taxe d'habitation en 2010, la suppression de cet abattement va produire - mécaniquement - une augmentation de 107 euros.

Il faudra y ajouter, pour tous les Mantais, l'augmentation que produira à son tour la revalorisation des bases décidée par l'Etat pour tenir compte de l'inflation et à condition que le maire ne décide pas à nouveau d'augmenter le taux d'imposition. Même dans ce cas, l'augmentation de la taxe d'habitation - entre 2009 et 2011 - sera en moyenne de plus de 30% - soit à peu près ce qu'aurait décidé la Préfecture en cas de mise sous tutelle. Est-ce là vraiment un hasard?

Ainsi, avec l'augmentation de 66% de la taxe locale d'équipement (qui passe de 3 à 5%) - lors du même conseil municipal - et qui va pénaliser en priorité les petits propriétaires qui souhaitent agrandir leur maison, la suppression de 110 postes budgétaires (premiers touchés: les jeunes en contrats non-permanents et les services rendus aux habitants), l'augmentation des tarifs de stationnement, c'est bien tous les Mantais - et particulièrement ce que l'on appelle "les classes moyennes" - qui sont mises à contribution au-delà de toute mesure.

Le Maire avait pourtant annoncé exactement le contraire au moment des élections municipales. En 2007, en 2008, en 2009, il avait même osé annoncé "qu'il restituait du pouvoir d'achat aux Mantais".

Les Mantais vont pouvoir le juger à ses actes dès les prochains jours avec la réception de leur taxe d'habitation 2010. Le Maire avait annoncé publiquement - et par écrit - une hausse de 1% des impôts. Il a menti aux Mantais. En effet, ceux-ci pourront constater qu'elle est - en moyenne - de plus de 8% - ce que j'avais annoncé dès le mois de novembre dernier.

Depuis son arrivée au pouvoir, sourde et méprisante vis-à-vis des Mantais, on ne peut que constater que la politique de la droite mantaise est une véritable faillite - pour les besoins des Mantais, pour les finances de la Ville et pour son avenir.

La majorité municipale, si elle conservait encore un peu d'honneur et de respect des Mantais, devrait en tirer toutes les conséquences et démissionner afin de vérifier si les Mantais approuvent toujours la politique qui a été menée.

Je la mets aujourd'hui au défi de défendre son honneur.

Mantes la Jolie, le 7 octobre 2010.

Mardi 21 septembre 2010

Cardiologie. Ensemble ouvrons toutes les portes.

Au 20 septembre, 8.000 habitants ont réclamé la ré-ouverture de l'unité de cardiologie interventionnelle.

Un mouvement d'une telle ampleur ne s'est jamais vu dans notre région.

Et il a commencé à "ouvrir des portes". Parmi elles, celle de Dominique Braye, le président de la CAMY qui, avec l'appui de tous les maires de la communauté, a déclaré soutenir l'action du comité "Cur.Hôpital.Mantes".

Nos analyses, évidemment, ne sont pas les mêmes. Mais ce qui compte, c'est qu'ensemble nous obtenions la ré-ouverture de ce service vital pour les Mantais.

Jeudi 19 Août 2010

70 vies à sauver

Depuis le 1 juillet, la cardiologie interventionnelle de l'hôpital est suspendue. Un million d'euros investis, 35 vies sauvées en 6 mois mais le service devrait maintenant disparaître au profit de la clinique privée d'Evecquemont!

Un comité de défense s'est constitué (http://www.cur-hopital-mantes.fr). Ouvert à tous, il a déjà recueilli plus de 3.000 signatures sur sa pétition.

Contrairement à certains élus au discours fluctuant, il faut avoir le courage de défendre les intérêts des Mantais.

Participez massivement à la manifestation le samedi 25 septembre à 10h00 au Palais de Justice.

Mercredi 30 juin 2010

Cardiologie à Mantes la Jolie.

Une décision inadmissible.

Je viens d'apprendre, avec stupéfaction, la décision du directeur de l'Hôpital de Mantes la Jolie de suspendre - demain - l'activité du service opérationnel.

Cette décision est absurde du point de vue des besoins. Elle démontre également la complicité avec le pouvoir politique décidé à avancer "à la hussarde".

Absurde du point de vue des besoins car l'Hôpital de Mantes la Jolie dispose justement des moyens et de l'infrastructure nécessaires pour pérenniser et développer ce service (service d'accueil efficient des urgences, existence d'un héliport).

Or la fermeture de ce service (destiné notamment à traiter les infarctus du myocarde) ne profiterait - de fait - qu'aux cliniques privées d'Evecquemont et d'Evreux, situées respectivement à 30 et 45 minutes de Mantes la Jolie.

Au-delà des chiffres et de la logique comptable, ce sont de vies humaines dont il s'agit. De vies humaines que l'on ne pourrait peut-être plus sauver!

Complicité avec le pouvoir. En suspendant l'activité avant même que le directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) n'ait fait connaître officiellement sa décision, le directeur tente de refuser à son propre centre hospitalier le droit de faire la preuve - sur 18 mois (comme le précise le décret n 2009-409 du 14 avril 2009, relatif aux conditions d'implantation applicables aux activités interventionnelles en cardiologie) - qu'il est à même non seulement d'exister mais de se développer et de prendre en charge des traitements jusque-là confiés à des centres privés.

Comment qualifier autrement cette décision alors que, justement ces derniers jours, les contacts se multipliaient pour s'opposer à cette décision?

Pour ma part, je refuse cette politique du fait accompli.

Dès demain, je déposerai officiellement un vu auprès du maire de Mantes la Jolie afin que le Conseil municipal prenne position le 5 juillet prochain.

Et je m'engage - avec d'autres - à alerter la population mantaise, à proposer à toutes celles et à tous ceux qui le voudront (élus locaux quelles que soient leurs "couleurs politiques", communauté médicale et, surtout, les usagers - les premiers concernés) d'agir ensemble pour qu'on autorise l'Hôpital de Mantes la Jolie à faire la preuve qu'il est capable de répondre aux besoins vitaux de notre population.

Le 30 juin 2010.

Marc Jammet.

Mardi 22 mai 2010

Trêve estivale?

C'est bien connu, la trêve estivale est souvent synonyme de mauvais coups.

Il en est ainsi de la réforme des retraites (travailler plus pour gagner moins?).

Il en est ainsi du stationnement payant à Mantes la Jolie. Au 1 juillet, 665 places supplémentaires deviennent payantes et les tarifs des parkings souterrains (sauf celui de l'Hôtel de Ville) augmentent de 10 à 25% (au passage, rentabilité oblige!, les toilettes publiques sont supprimées dans deux parkings).

L'exaspération que provoque cette politique pourrait bien être un des traits majeurs de la rentrée sociale et politique.

Mercredi 19 mai 2010

Contrôle d'identité après une rencontre devant une école (lettre au maire)

Monsieur le Maire,

Comme tous les mardis, avec les militants du COFERM, je suis allé rencontrer ce matin, rue Christian Gavelle, les parents d'élèves et les enseignants de l'école maternelle Les Roses à l'ouverture de l'établissement.

J'ai, ensuite, été très surpris par le contrôle d'identité faite à mon encontre par la police municipale, à 9h00 du matin, alors que je me trouvais, rue Ferdinand Buisson, en discussion avec des représentants de parents. Les agents, à ma demande, m'ont dit qu'on leur avait demandé d'intervenir pour "occupation de l'espace public".

Si je salue le professionnalisme et la politesse des policiers municipaux, je n'en demeure pas moins très interrogatif sur l'ordre qui leur a été donné de contrôler mon identité.

Je ne doute pas de votre attachement aux libertés fondamentales en démocratie, aussi je pense qu'il ne peut s'agir en aucun cas d'une tentative d'intimidation mais bien d'une regrettable erreur qui ne se reproduira pas.

Vous remerciant par avance de l'intérêt que vous voudrez bien porter à ma démarche et de bien vouloir me tenir informé des suites que vous y donnerez, je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de mes sentiments distingués.

Mardi 18 mai 2010

Le fiasco financier

C'est ce que la droite municipale tente désespérément de cacher.

Le maire avait annoncé une hausse des impôts locaux de 1,25? Elle sera de 8,5%.

Le maire avait annoncé une hausse du stationnement payant de 5%? Elle sera les 1 juillet et 1 septembre (pour le parking de l'Hôtel de Ville) de 10 à 25% et 665 places payantes supplémentaires seront mises en service sur la voirie.

Le maire avait annoncé une dette de 65 millions d'euros? Elle est officiellement de 90 millions d'euros hors Zac des Bords de Seine.

Les chiffres, malheureusement, parlent d'eux-mêmes.

Mardi 13 avril 2010

Impôts départementaux: + 14,8%

 

Après avoir augmenté les impôts de 8,5% à Mantes la Jolie, la droite départementale a augmenté les siens de 14,7%! Alors même que les services rendus sont revus à la baisse - notamment les aides sociales.

On mesure mieux l'irresponsabilité de ceux qui, à droite comme à gauche, avaient approuvé le fameux "circuit F1" qui devait engloutir 170 millions de fonds publics (5 fois l'augmentation d'impôts annoncée!).

Quant à notre maire UMP, élu conseiller général soi-disant "pour mieux défendre les Mantais", en 9 mois, il a donc déjà augmenté deux fois les impôts.

Vendredi 2 avril 2010

Véolia juge et partie?

Dans le cadre de la semaine du développement durable, la CAMY organise, mardi 6 avril à 18h30 dans les locaux de l'IUT de Mantes en Yvelines, une réunion d'information sur l'eau qui sera animée par Mac Lesggy, animateur sur M6 de l'émission "E=M6".

Je tiens à affirmer publiquement mon désaccord total avec le "mélange des genres" qui prévaut dans l'organisation de cette réunion d'information.

En effet, si je ne doute pas de l'intérêt du thème abordé et du professionnalisme de Mac Lesggy (tant du point de vue de l'animation que de celui de ses compétences scientifiques), force est de constater que cette réunion d'information est pervertie par ce partenariat avec Véolia - surtout provenant de collectivités territoriales (la CAMY et la municipalité de Mantes la Jolie) et d'un service public (l'IUT de Mantes en Yvelines).

Est-ce à dire que le prix surfacturé de l'eau et les pertes occasionnées (fuites sur le réseau en raison de la rentabilité privée) ne seront pas abordés?

Est-ce à dire encore que la CAMY a déjà fait son choix pour l'avenir en se présentant ainsi - et publiquement! - pieds et mains liés par un groupe privé?

Ce serait un comble pour qui affirme vouloir faire vivre ce fameux "développement durable" qui n'apparaîtrait alors que comme un prétexte pour pérenniser une situation scandaleuse tout en culpabilisant toujours les mêmes: les consommateurs.

Mercredi 17 mars 2010

Stationnement. La main à la poche!

L'annulation du conseil municipal de février aura eu, au moins, une bonne conséquence pour les Mantais. L'augmentation des tarifs exigée par Vinci-Park n'ayant pu être votée par la majorité, celle-ci n'a pu être légalement appliquée. Mais c'était évidemment "reculer pour mieux sauter" après les élections régionales. Au menu? Des augmentations de 10 à 55% et des centaines de places payantes supplémentaires que la municipalité a d'ailleurs commencer à démarquer dans nos rues. Le maire offre ainsi un beau cadeau à Vinci-Park avec l'argent de ses concitoyens!

Lundi 15 février 2010

Expulsions locatives: agir sérieusement.

A ma demande d'interdire toute expulsion locative sans relogement sur le territoire de la ville, le 16 mars 2009, le maire avait répondu qu'il chargeait le CCAS (dont il est président de droit) de prévenir ces expulsions.

11 mois se sont écoulés. Malgré mes demandes, aucun dispositif n'a été mis en place par ce même CCAS. Il aurait pourtant mieux valu traiter sérieusement cette question en amont, dès les premiers retards de loyer.

Le 15 mars, les expulsions vont reprendre et le maire, sauf à mentir, ne pourra en dégager sa propre responsabilité.

Jeudi 11 janvier 2010

L'expulsion à Bagnolet est injustifiable.

Je condamne avec la plus grande fermeté l'expulsion par la force, mercredi matin, de plusieurs dizaines de personnes d'un immeuble, propriété de la ville de Bagnolet en Seine Saint Denis et qui, aussitôt l'expulsion réalisée, a été détruit.

Ces pratiques sont injustifiables - surtout émanant d'une municipalité à direction communiste.

Elles le sont d'autant moins quand l'on constate que la municipalité justifie, de fait, cette expulsion.

Je le redis: rien ne peut justifier de tels actes et l'appel à la responsabilité de l'Etat, s'il est légitime, ne peut masquer l'absence de réactions face à l'expulsion, la destruction de l'immeuble municipal engagée aussitôt après (forcément - pour le moins - avec l'accord de la Ville) ainsi que l'enlèvement, aujourd'hui, des toiles de tentes qui hébergeaient les familles.

Au moment où, partout en France, les communistes s'opposent aux expulsions, multiplient les actions contre l'habitat indigne et les marchands de sommeil, où de nombreux maires communistes sont traînés devant les tribunaux par l'Etat pour avoir signé des arrêtés anti-expulsions, je me sens blessé en tant que communiste par une telle infamie qui, tout en foulant aux pieds nos valeurs humanistes, donnera des arguments à la droite pour justifier sa politique en ce domaine.

Mercredi 27 janvier 2010

Que veut cacher le maire de Mantes la Jolie?

Comme tous les élus certainement, j'ai reçu hier un courrier du maire m'informant que la séance du 1 février du Conseil municipal était annulée et que celle du 15 mars était reportée au 22 mars - le lendemain du 2 tour des élections régionales.

Je tiens tout d'abord à protester contre la manière dont est traitée la représentation municipale des Mantaises et des Mantais. Alors que les commissions municipales ont bien été convoquées mercredi et vendredi prochains (ce qui laisse supposer qu'il y avait bien un ordre du jour à examiner), une telle annulation, au dernier moment, n'est que l'expression d'un mépris inacceptable envers les élus, envers les Mantaises et les Mantais qu'ils représentent.

Le maire argumente sa décision par un nombre insuffisant de délibérations à examiner. L'argument n'est pas recevable.

  • Comment comprendre, en effet, que les municipalités environnantes réunissent une dizaine de conseils municipaux par an et que Mantes la Jolie (42.000 habitants) en annule un alors même qu'elle n'en avait prévu que 7 cette année?
  • Comment comprendre, en effet, que - dès aujourd'hui - il devienne urgent de décaler d'une semaine un conseil municipal prévu dans 7 semaines?

On est donc légitimement en droit de se poser la question. "Selon le maire de Mantes la Jolie, quelle(s) information(s) ne faut-il pas donner aux Mantaises et aux Mantais avant le 2 tour des élections régionales?"

Je renouvelle l'appréciation que j'ai exprimée lors des vux, dimanche matin, à la population: le comportement du maire est une insulte à l'intelligence des Mantais.

Mercredi 20 janvier 2010

La Sotrema doit négocier sérieusement.

Devant l'attitude de leur direction, les salariés de la Sotrema ont dû se résoudre à observer un mouvement de grève pour se faire entendre. Ils réclament notamment une augmentation des salaires de 3% pour compenser la hausse des prix, la reconnaissance de leurs qualifications (ripeurs et chauffeurs), le paiement effectif de leur temps de travail, la mensualisation de leurs primes (écornées même en cas d'accident de travail), l'intégration de 4 salariés affectés au stationnement (qui va être privatisé par la Ville de Mantes la Jolie) sur des postes libérés suite à des départs volontaires (retraites, démissions ).

Ces revendications sont pleinement légitimes. La Sotrema et la CAMY (qui est l'actionnaire majoritaire) ont les moyens de les satisfaire.

Une attitude provocatrice de la direction.

Plutôt que de discuter sérieusement, la direction observe une attitude provocatrice.

Non seulement, alors qu'un préavis de grève a été déposé dès le mardi 12 janvier, elle n'a entamé aucune négociation avant la grève mais elle a annoncé aux salariés, le 6 janvier pour le lendemain, qu'ils ne percevraient qu'un acompte en lieu et place de leurs salaires du mois de décembre (le complément n'a été versé que le 14 janvier).

Aujourd'hui même, 20 janvier, la direction a fait intervenir un huissier pour tenter de constater "une entrave à la liberté du travail" qui n'existait pas.

De surcroît, on est en droit de s'interroger sur les déclarations successives du président UMP de la CAMY avertissant les habitants d'une grève longue et annonçant à l'avance des mesures de substitution!

Ce comportement est tout à fait inacceptable. Plutôt que de défendre le service public (déjà mis en cause par le maire de Mantes la Jolie), il vise à instrumentaliser les salariés dans un conflit politicien, de pouvoir, interne à la droite.

Plutôt que de défendre le service public, il mise sur le pourrissement de la situation dont les premières victimes sont déjà les usagers des communes desservies et plus particulièrement ceux de Mantes la Jolie qui, avec la privatisation, l'élargissement et l'augmentation des tarifs du stationnement payant sont pris "entre le marteau-Braye et l'enclume-Vialay".

C'est l'intérêt commun des usagers et des salariés qui doit prévaloir.

Alors qu'en 2003, la CAMY a instauré une nouvelle taxe sur les ordures ménagères qu'elle a doublée en 2004, qui pourrait comprendre qu'elle rechigne à assurer un service public de qualité avec les moyens qui vont avec?

Il est grand temps de revenir à la raison.

La direction, plutôt que de multiplier les intimidations, doit maintenant négocier sérieusement et entendre enfin les revendications des salariés. Et son actionnaire majoritaire, la CAMY, doit lui permettre de le faire.

En ce sens, je vais m'adresser au Président de la CAMY, aux 7 délégués communautaires membres du Conseil d'administration de la Sotrema ainsi qu'au représentant de l'Etat dans notre région. En ce domaine, comme dans tous les autres, il est important que chacun prenne toutes ses responsabilités devant la population.

Vendredi 15 janvier 2010

Le maire UMP de Mantes la Jolie censure

Par un appel téléphonique insultant d'une cadre municipale, le maire de Mantes la Jolie vient de me faire savoir qu'il refusait le prêt de la salle du local commun résidentiel pour le dimanche 24 janvier que j'avais réservée pour présenter mes vux à la population mantaise.

Le prétexte fallacieux utilisé (le prêt des salles ne serait autorisé qu'à partir de 18h00 jusqu'au 21 mars de cette année en vertu d'un arrêté municipal qui ne m'a pas été communiqué et qui prend effet aujourd'hui!) ne peut masquer la piètre opération politicienne qu'il dissimule très mal.

Après avoir refusé la parole aux salariés de la Sotrema, après avoir menti sciemment aux Mantais sur la hausse des impôts locaux, le maire, à court d'arguments, tente de censurer celles cet ceux qui le dérangent.

Je le dis tout net: il est hors de question que je me prête à cette mauvaise comédie.

Je maintiens mon initiative le dimanche 24 janvier à 11h30 au local commun résidentiel, 64 rue Maurice Braunstein, quitte à l'organiser sur la voie publique si l'interdiction de la salle restait maintenue.

Et j'appelle toutes les Mantaises et tous les Mantais, quelques soient leurs opinions et leurs votes, à venir témoigner en ces lieu, jour et heure de leur attachement à la démocratie et à la libre expression des opinions.

Jeudi 10 décembre 2009

Impôts locaux 2010: + 8,5%

C'est ce qu'a tenté de cacher le Maire en annonçant à la presse et aux Mantais une augmentation "limitée à 1%". C'est faux!

C'est le taux qui augmente de 1,25%. Pour leur part, les Mantais vont voir leurs impôts augmenter de 8,5% en 2010. Et ce n'est malheureusement pas tout.

La droite locale (Ump et Modem) ne cherche même plus à justifier les méfaits de sa politique. Elle tente maintenant tout simplement de cacher la vérité aux Mantais.

Les "classes moyennes" vont être touchées les premières.

Ce sont les 53% de Mantais qui ne bénéficient pas d'exonération qui vont payer cette augmentation qui annule toutes les baisses d'impôts annoncées par le Maire depuis 2005.

En clair, un foyer mantais qui a payé 1.000 euros d'impôts locaux en 2009 paiera 1.085 euros l'année prochaine.

Et ce n'est qu'un début. Après avoir accordé facilement les autorisations pour de nombreux travaux d'extension et de confort des propriétés, la droite locale s'apprête maintenant à "contrôler les anomalies au moyen des permis de construire et les autorisations de travaux" pour "fiabiliser les bases afin d'en optimiser le produit".

En clair, la droite veut augmenter la valeur officielle des biens pour alourdir l'impôts payé sans avoir à annoncer d'augmentation.

Moins de services et plus chers: tous les Mantais vont payer.

Déjà certains Mantais ont eu la désagréable surprise de voir leurs enfants refusés dans les centres de loisirs parce que les vacataires n'avaient pas été embauchés en nombre suffisant. Et le Maire en rajoute: la majorité départementale (à laquelle il appartient depuis qu'il a été élu conseiller général) vient de décider d'annuler les quelques subventions que le Conseil général verse aux communes - dont Mantes la Jolie.

Pour ce qui concerne les écoles, la droite locale a prévu de les regrouper pour faire des économies. De nombreuses écoles de proximité risquent de fermer: celles dont les fermetures ont déjà été annoncées (Lumière, Capucines, Les Anémones, Les Bleuets) mais aussi celles dont, visiblement, les fermetures seront annoncées au dernier moment pour freiner les mouvements de protestation (Les Gentianes dans le quartier des Ecrivains, Les Mimosas avec l'ouverture de l'école Curie - avec 14 classes, autant qu'à l'école Uderzo! - prévue en septembre 2010).

Pour ce qui concerne le stationnement payant, la municipalité va en confier la gestion à l'entreprise Vinci en lui demandant de prendre à sa charge les investissements que la municipalité est maintenant incapable de faire. Qui va payer? Les Mantais! Avec une augmentation de 10 à 25% des tarifs, un élargissement des zones de stationnement payant: 750 places supplémentaires qui vont s'ajouter aux 2.000 actuelles!

Une exigence: informer les Mantais.

Face à cette situation désastreuse, la gauche a autre chose à faire que de chercher à composer avec la droite. Elle doit plutôt s'attacher à reconstruire la confiance avec les citoyens. Et, puisque la droite ment, sa première action doit être d'informer tous les Mantais.

Pour la part qui me revient, vous pouvez être assurés que j'y contribuerai.

Jeudi 26 novembre 2009

A Mantes la Jolie,

Les impôts locaux n'augmenteront pas de 1,25% mais de plus de 7%.

Je viens de lire dans un quotidien que les impôts locaux augmenteraient d'à peine un peu plus de 1% à Mantes la Jolie en 2010.

Cette information est inexacte. Elle est due à la présentation trompeuse du maire qui a effectivement annoncé une augmentation de 1,25% des taux.

Et, toujours effectivement, le taux (par lequel sont multipliés les "bases fiscales" passe de 17,32% à 18,57% pour la taxe d'habitation - 18,78% pour le Foncier bâti, 40,34% pour le Foncier non bâti).

Pour les Mantais, les "bases fiscales" (qui ont été augmentées de 1,2% par l'Etat pour compenser l'inflation) multipliées par ces nouveaux taux produiront un nouvel impôt supérieur de 7,17% en masse à son niveau de 2009 (cette augmentation n'a pu être complètement masquée par les documents fournis par le maire et elle figure au bas de la page 25 que je vous joins).

Autrement dit, un ménage mantais qui payait 1.000 euros de taxe d'habitation en 2009, paiera l'année prochaine 1.085, 04 euros - soit 8, 50% d'augmentation, y compris l'inflation (voir le calcul au verso)

Pour ma part, je ne peux que dénoncer, une fois de plus, la duplicité de la majorité municipale.

Elle avait beaucoup communiqué en 2007, à la veille des élections municipales, sur une baisse des taux de 3,34% (la baisse nominale était de 0,6%, le taux TH passant de 17,92% à 17,32%) qui s'était traduite, au bout du compte, par une baisse seulement égale à 1,25% pour les Mantais.

Dans toutes les écoles primaires que le maire veut frapper par son plan de fermetures, on apprend aux élèves que l'on n'additionne pas des pommes et des poires. Le maire serait bien inspiré de garder en mémoire l'enseignement dont il a bénéficié au lieu de ne plus parler aujourd'hui des mêmes chiffres qu'hier, pour tenter de masquer la réalité - oubliant de dire, par exemple, que l'augmentation qu'il vient d'annoncer va annuler toutes les baisses d'impôts locaux réalisées depuis 2005 (Taux TH en 2005: 18,57%. Taux TH en 2010: 18,57%).

 

  • Pour un ménage qui a payé 1.000 euros de taxe d'habitation de 2009.
  • Hors exonération totale ou partielle (compensée à la commune par l'Etat), son impôt a été calculé par la base fiscale multipliée par le taux 2009 soit è base fiscale X 17,92% = 1.000 euros.

En 2010, il paiera une taxe d'habitation égale à è base fiscale X 101,2% (augmentation des bases pour compenser l'inflation) X 18,57%.

On aboutit donc à une petite règle de trois:

Base fiscale 2009 X 17,32% = 1.000 euros

Et Base fiscale 2009 X 101,2% X 18,57% = nouvel impôt 2010.

è Le nouvel impôt 2010 est donc égal à 1.000 euros X 101,2% X (18,57:17,32) = 1085,04 euros soit une augmentation de 8,50% - y compris l'inflation.

Vendredi 20 novembre 2009

Ne laissons pas fermer nos écoles

Samedi 21 novembre, venez vous informer

Le 5 octobre dernier, la majorité municipale a adopté ce qu'elle appelle un "plan de développement des écoles".

Sous prétexte de répondre à des besoins réels (rapprochement des fratries, inadéquation des périmètres scolaires), c'est un véritable plan de fermetures de nos écoles qu'elle veut mettre en place d'ici 2016.

Ce que l'on sait déjà, c'est que quatre écoles seraient fermées dans un premier temps: trois maternelles (Les Anémones, Les Bleuets, Capucines) et une élémentaire (Lumière). Ce que l'on sait déjà, c'est que nos 36 écoles se transformeraient en 16 groupes scolaires qui, du coup, compteraient jusqu'à 400 élèves et qu'il est donc prévu, à l'évidence, plus d'une dizaine de nouvelles fermetures d'écoles d'ici à 2016.

Ce plan est donc loin d'être anodin. Il est dangereux pour l'avenir de nos enfants, leur scolarité, leur sécurité.

La majorité municipale le sait si bien qu'elle n'a pas, jusqu'à présent, informé les Mantais. Elle prévoit seulement de consulter la commission des affaires scolaires où elle est majoritaire et qui n'est, de toute façon, que consultative.

Dès lors, s'engager dans ce plan en annonçant pouvoir le modifier n'est pas seulement naïf, c'est mettre le doigt dans l'engrenage. C'est accepter par avance que les Mantais n'auront pas le droit à la parole au profit d'experts autoproclamés.

Or c'est, bien au contraire, l'information de tous qui a permis aux parents d'élèves et aux enseignants de se mobiliser et d'empêcher la fermeture du collège André Chenier. C'est bien cette même information qui a permis d'annuler la fusion programmée des lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand.

Et c'est donc dès maintenant qu'il faut s'opposer à ce plan municipal avant qu'il ne soit trop tard.

Samedi 21 novembre, le lendemain de la journée mondiale des droits de l'Enfant, je vous invite à venir vous informer et à débattre ensemble des actions à mener.

Lundi 5 octobre 2009

Alliances opportunistes ou gauche debout?

Dimanche 13 septembre, à Carcassonne dans l'Aude, la liste de gauche PS-PCF-PRG l'a emporté sur la liste du maire sortant UMP.

Autour d'un programme clair - gratuité des transports urbains, régie directe de la restauration scolaire, remunicipalisation de l'eau, doublement des places de crèches .. - elle a réussi à rassembler 45% des électeurs au premier tour (Les Verts avaient refusé ce programme et présenté une liste) puis une majorité d'entre eux au deuxième tour (54%). Elle met fin au pouvoir de droite qui sévissait sur la ville depuis 1983 (26 ans!).

Le contraste est saisissant avec la situation à Mantes la Jolie où, depuis 1995, l'UMP - bien que rejetée par la population - finit par remporter toutes les échéances parce que la gauche ne se "réveille" qu'au moment des élections et est incapable de proposer aux Mantais une alternative sérieuse et mobilisatrice.

Le summum de cette démarche suicidaire a été atteinte lors des dernières élections cantonales partielles où, plutôt que de se mobiliser contre la droite, certains élus des communes environnantes ont préféré composer avec elle et affaiblir l'espoir de changement.

Avec la complicité de certains dirigeants départementaux du PCF qui ont nié le vote des communistes locaux, ils ont sorti de "leur chapeau" un salarié de la mairie de Limay qui, soutenu essentiellement par Décil - Les Verts a mené une campagne violente et mensongère contre celles et ceux qui, quotidiennement, agissent avec et pour les Mantais.

Et, sur la lancée, il a refusé d'appeler à voter clairement pour le candidat de la gauche arrivé en tête au premier tour. Résultat: Michel Vialay a été élu avec 59% des voix et Pierre Bédier un poste politique à la mairie de Mantes la Jolie (qui lui ouvrira, de fait, les moyens municipaux).

Faut-il se résigner à cette situation?

Avec mes amis, nous ne le pensons pas. Dans la prochaine période, nous prendrons des initiatives fortes - à partir de l'intérêt des Mantaises et des Mantais. Parce que c'est justement cet intérêt qui doit redevenir au centre de l'action politique à gauche. Si l'on veut que cette dernière reconstruise la confiance avec les citoyens.

Lundi 21 septembre 2009

La taxe carbone financera-t-elle

le circuit F1?

C'est en effet ce qui pourrait bien advenir.

Le Conseil général prévoit, en effet, d'investir dans ce projet 80% de la taxe professionnelle qu'il perçoit en une année - soit 170 millions d'euros.

Or, le gouvernement a déjà annoncé la fin de cette taxe professionnelle payée par les entreprises aux collectivités territoriales. Et elle sera compensée en partie par la "Taxe carbone", à hauteur de 5 à 7 milliards d'euros.

Comment une telle absurdité peut-elle être envisagée?

Tout simplement parce que, pour certains, l'écologie n'est qu'un prétexte.

Un prétexte efficace - si l'on en juge aux dernières élections européennes - mais qui, au bout du compte, va se traduire par de nouveaux allégements de cotisations pour les plus riches au détriment de tous les autres.

Ainsi cette taxe - destinée à augmenter rapidement - coûtera en moyenne 110 euros pour un couple avec deux enfants en zone urbaine et 140 euros en zone rurale et il ne lui sera reversé, respectivement, que 50 ou 60 euros.

Une telle taxe - qui ne tient aucun compte des ressources (c'est le principe d'une taxe), qui ne s'accompagne d'aucun développement des transports urbains, est une véritable bénédiction pour la droite.

Ne reçoit-elle pas de surcroît les félicitations de Daniel Cohn Bendit et les critiques de Michel Rocard .. qui ne l'estime pas assez élevée.

Non décidément l'écologie n'est pas forcément de gauche (*) et une liste "ni droite, ni gauche " peut cacher bien des turpitudes derrière des idées généreuses que leurs promoteurs ne s'appliquent jamais à eux-mêmes.

* Dans le même état d'esprit, comment comprendre autrement le refus local des Verts et de Décil de condamner publiquement, en septembre 2008, le dépôt sauvage de déchets municipaux dans la nature ou encore de s'engager pour une gestion en régie de l'eau à la CAMY parce qu'ils s'obstinent à intégrer, dans leur conception du service public, la délégation publique au privé .. qui est actuellement d'ailleurs assurée par Véolia.